Trinidad, capitale Amazonienne

Bolivie - Trinidad, capitale Amazonienne

Nous arrivons sous la pluie vers 6 h du matin, les rues de Trinidad sont inondées et l’on se demande comment rejoindre un hôtel avec nos gros sacs sur le dos.
Soit disant la saison des pluies devait prendre fin début Mai … « Y a plus de saisons bondiou ! »
Nous décidons donc de prendre le petit déjeuner dans la gare en espérant que çà se calme et rencontrons deux françaises, Laure et Lucie (vivant au Quebec), qui sont dans la même galère.
Elles ont des adresses d’hôtels sur le Lonely, nous partagerons donc un taxi pour rejoindre l’un d’eux.

L’aventure à Trinidad commence :

Sitôt les sacs posés nous décidons de partir faire un tour vers le centre ville de Trinidad. La pluie a cessé et les rues sont très vites débarrassées de toute l’eau grâce aux énormes caniveaux les bordants.
D’ailleurs il faut très vite s’habituer à leur présence car avec le nez un peu en l’air vous pouvez disparaître d’un coup :-) .

Il est 8h du matin pratiquement tout est fermé, nous attendons l’ouverture de l’office du tourisme dans un sorte de café (qui ne sert pas de café) et prenons des saltenas à la viande « picante » et au poulet (sorte de briques à pâte épaisse et sucrée) accompagnée de la boisson locale, une soupe de mani (je crois) froide et sucrée. L’aspect n’est pas très ragoutant mais çà passe plutôt bien même à 8h du mat.

Nous arrivons enfin a trouver l’office du tourisme au fond à gauche du deuxième étage d’un immeuble perdu. Vu leur étonnement, les gens y travaillant avaient l’air de ne pas avoir vu de touristes depuis longtemps :-) . Nous serons finalement renseignés par une personne responsable des eaux et égouts car la personne du service touristique n’était pas là.

Nous quittons l’immeuble avec une multitude de brochures.
Sur le retour vers notre hôtel, la ville s’est bien éveillée et nous sommes marqués par le nombre hallucinant de motos. Il n’y a pratiquement aucune voiture et les rues sont pleines de deux roues.
Le port du casque n’étant pas obligatoire (ou en tout cas pas respecté), il se dégage de la ville de Trinidad une impression de vacance et d’insouciance.

On se dit alors que ce serait une bonne idée d’en louer une pour faire le tour des environs, ce que nous ferons le lendemain.
Voyant les nuages se dégager pendant la matinée nous partons chercher notre monture.
Ce qui se révéla plus compliqué que prévu car les premiers loueurs voyant notre inexpérience n’ont pas voulu nous en confier une.
Au bout du deuxième refus nous mentons donc et assurons le loueur que nous sommes de vrais pilotes de courses :-) .
Et nous voilà donc partis à fond de première en zigzag avec Clément qui ne parvient pas à passer la seconde et moi qui ne trouve pas les cale-pieds, sous l’oeil affolé du commerçant.

Une super journée de liberté qui nous a permis de sortir de Trinidad et de voir les petits villages.
Ainsi j’ai pu apprendre à conduire un petit scooter à vitesse, après « apprendre le macramé » je peux le barrer de ma liste de chose à faire :-) .

Le lendemain nous prendrons la direction de Rurrenabaque pour ce qui sera le pire trajet (mais les meilleurs souvenirs) de tout notre voyage je pense, vidéo à suivre…

Infos Pratiques Trinidad

Hôtel :

Hotel Santa-Cruz : sur la rue Santa-Cruz, 70$/pers avec sdb commune, pas de wifi, petit dej en supplement, propreté bonne, endroit calme, petit patio.

Hotel Tajibo : rue Santa-Cruz, 80 B$/pers, sdb privée, wifi dans chambre et petit dej compris. Propre chambre lumineuse avec balcon mais un peu de bruit.

A faire :

Flâner dans les rues du centre ville de Trinidad et prendre une glace sur la place centrale.

Louer un scooter : rdv à l’un des angles de la place. Compter 15B$/heure. Partir visiter: la laguna Suarez, les ports Almacen, Balivan, compter une bonne demi journée pour tout faire.

Tours dans la pampa : 2 agences « Moxo » (pas cher) et « Paraiso » (cher) sur la rue 6 Augusto vous proposent des tours de 3 à 5 jours sur le Rio Mamoré où vous pourrez observer la faune et la flore locale. Comptez 300B$/jour et par personne.
La météo ne nous ayant pas été favorable nous avons choisi de reporter l’expérience à Rurrenabaque.

Voir sur TripAdvisor